Histoire locale

Boisseron, un peu d'histoire locale

Les romains ont su apprécier notre localité. L’empreinte de leur occupation se voit avec le pont romain dont la partie ancienne est visible côté parc du château lorsqu’on traverse la passerelle, et se retrouve dans les noms de tènements. Parmi ces tènements, il faut retenir les métairies de Jubiargues et Puech Lion avec une tombe gallo-romaine du IIIe siècle et l’habitat de la même époque aux Crozes.

Le nom de Boisseron (Buxedone) apparaît dès 1159 dans une charte des vicomtes de Nîmes et le château de Boisseron (Castri Boixezonis) est noté dans le cartulaire d’Aniane sur un acte de 1155-1160 passé dans ce château.

Le château fût dans les mains des Bermond, seigneurs de Sauve et du Cailar jusqu’au XVIe et XVIIe siècles, puis des de Gévaudan au début du XVIIIe siècle, des Le Sage d’Hauteroche d’Hultz à la fin du XVIIIe siècle. Cette dernière famille obteint l’érection de cette terre en Comté en 1757. Cette même famille vota sous le nom des seigneurs de Boisseron et prit part à l’assemblée des 3 ordres en 1789 à  Montpellier.

L’orthographe de Boisseron se modifie au cours des temps et passe par Buxedone, Boixezonis, Boisedono, Boisazone, Bouisseron.

« Lous passerons »  est le sobriquet du Boisseronnais pour son caractère léger et versatile.

 

Quelques dates à retenir :

 

  • 1222 : Destruction complète du village au moment de la guerre des Albigeois.
  • 1398, 1529, 1629, 1640 : épidémies de peste.
  • 1560-1593 : guerres de religion.
  • 1685 : révocation de l’Edit de Nantes, nouvelle flambée de révolte et conversion en masse des protestants.
  • 1856-1859 : construction de l’église.
  • 1885 : inauguration de la mairie.

Le vieux village de Boisseron, au confluent de la Bénovie et du Vidourle, près de la jonction du RD34 et de la  RN 110, avec sa forme arrondie ceinturée de remparts, porte l’empreinte des villages fortifiés des XIe et XIIe siècles.
Une porte fortifiée de cette époque est visible. Les douves bordant les remparts sont aujourd’hui en partie comblées ou occupées par des  jardins.

Pont romain